Histoire

VANCE origine du nom : Vansseium serait une contraction de Fanum Cesaris, c’est-à-dire le fanum (temple gallo-romain) de César.


Le territoire de la commune est traversé par la voie romaine du camp de Sougé au Mans, mais on connait peu l’histoire ancienne du site. Cette voie passait près de la Motte Chauvin, ancien camp retranché que les Normands avaient installé sur le haut d’un plateau dominant une grande partie de la contrée, il était protégé par un fossé au sud et par la déclivité du coteau sur les autres côtés. On a trouvé des vestiges qui prouvent l’existence d’une forge à bras au pied de cette forteresse..
La tradition populaire qui se rattache à ce lieu, ne manque pas de merveilleux : des fées s’occupaient à y fabriquer ou à réparer les instruments aratoires de la contrée. Le cultivateur n’avait qu’à déposer ses outils au pied de la Motte avec le prix de la réparation, pour les retrouver le lendemain en bon état alors que l’argent avait disparu.
Mentionnée dans le censif de Saint-Calais en 1391, la seigneurie de Vancé relève de la baronnie de Lavardin , donc du bas vendômois.
Le comte de Vendomois baron de Lavardin , la possède à cette époque. Un aveu de Jean, bâtard de Louis de Vendôme est rendu au comté en 1484.
La tradition veut toutefois que la châtellerie ait été régie par la coutume du Maine et non celle du Vendômois. Acquise par Gilles de Souvré, seigneur de Courtanvaux , cette terre est érigée en marquisat au même titre que les terres de Bessé et de Courtanvaux par lettre patente de 1610.
Ces terres devinrent ensuite la propriété de François-César Le Tellier, marquis de Courtanvaux et de Villequier, comte de Tonnerre et de la Ferté Gaucher, baron d’Ancy le Franc, seigneur de Beaugy Vancé et autres lieux.
En 1789, la municipalité après avoir pris connaissance de l’extrait de l’Assemblée Nationale du 5 août, reconnut à l’unanimité qu’il était nécessaire d’établir à Vancé une milice nationale pour veiller au maintien de l’ordre. Elle choisit et nomma Premier Commandant Monsieur de Musset, seigneur des paroisses de Cogners et Sainte-Osmane.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………


SUITE A VENIR


Quant au bourg important centre commercial et artisanal jusque dans les années 1950, il bénéficiait d’un marché parmi les plus fréquentés de la région.